Accueil du site > Vie chrétienne > Sacrements > Le baptême vu par un diacre

Le baptême vu par un diacre

André Giraud

lundi 28 mai 2018

Le baptême est tout d’abord une Rencontre. Une rencontre avec des parents qui veulent transmettre à leur enfant l’amour, les valeurs qu’ils ont reçues. Avant la rencontre je demande à Dieu de m’aider pour qu’elle se passe au mieux. Quand la rencontre est terminée, Je Le remercie pour cette rencontre. Le baptême est pour l’enfant qui, même s’il n’en a pas conscience, la rencontre avec Dieu.

C’est ensuite un Accueil. Un accueil chez les parents qui permet de faire connaissance, d’avoir une première approche, d’être plus à l’aise pour pouvoir ensuite échanger. Cet accueil chez eux ouvre souvent la porte à plus de confiance, d’intimité. Le baptême, c’est Dieu qui accueille l’enfant en lui offrant l’infini de son amour.

C’est un Echange. Un échange avec les parents pour les connaître, savoir un peu plus ce qu’ils font et sont dans la vie. C’est aussi connaître plus profondément la raison qui les pousse à demander le baptême pour leur enfant. Cela leur permet de mieux le formuler. Souvent cet échange permet d’aborder qu’autres questions avec les parents, sur la foi, sur l’Eglise, sur des questions de société en lien avec la foi. Parfois un des deux parents n’est pas croyant ou ne sait pas bien où il en est par rapport à Dieu, mais c’est toujours de beaux échanges et parfois même très forts. Tous ces échanges permettent de « faire le lien », d’aider à construire la cérémonie du baptême, de lui donner un sens. Le baptême c’est aussi un Echange d’amour entre Dieu et l’enfant.

C’est une Construction. La « construction » de la cérémonie du baptême. Avant la rencontre avec les parents, la plupart d’entre eux ont participé à une réunion avec d’autres parents et le prêtre responsable du secteur et/ou une équipe de préparation au baptême. Cela les aide. Ensuite, je leur envoie par mail un déroulement plus étoffé que j’ai réalisé et qui leur permet, point par point, de commencer à préparer cette cérémonie. Je leur envoie aussi des suggestions de chansons, de textes, de prières. Quand nous parlons de baptême, nous pouvons dire aussi, que par le baptême, Dieu aide l’enfant baptisé à « se bâtir », à se construire intérieurement.

Tous ces mots que j’utilise pour parler du baptême peuvent sembler bien jolis. Ils en font une présentation bien structurée. Certes, je suis une ligne directrice pour la cérémonie du baptême mais il est primordial que tout cela ait « du sens », ait « un sens » pour les parents qui demandent le baptême, que les mots utilisés soient « audibles » par les personnes présentes.

Quand je parle de parents, près de la moitié sont mariés, les autres vivent maritalement ou sont parfois même séparés mais sont d’accord pour le baptême. Deux fois même, j’ai baptisé des enfants qui avaient deux mamans, ce qui, personnellement, ne me gêne pas du tout. Mais, dans tous les cas, je ne me sens pas le droit de refuser ce sacrement. Bien au contraire, par le baptême, nous ouvrons des portes, et surtout la porte du dialogue, la porte de la compréhension (il y a tellement d’images et idées reçues sur l’Eglise). Par le baptême, lors des cérémonies, (sont présentes la famille et aussi des amis) nous touchons des personnes qui sont souvent loin de l’Eglise, plus ou moins éloignées de la foi. Pour moi, il est primordial d’être accueillant. Pour cela, l’accueil est essentiel ainsi que le sens que nous donnons au baptême et les mots que nous employons car la grande majorité des personnes qui demandent le baptême pour leur enfant ne sont plus des pratiquants réguliers mais plutôt occasionnels. Malgré tout, dans notre diocèse, nous avons « la chance » d’avoir une « tradition » familiale catholique encore bien ancrée dans certains secteurs. Dans notre petit diocèse, nous avons encore la chance de pouvoir célébrer souvent un baptême à la fois.

Le mot d’accueil pour la cérémonie du baptême est très important car il permet de « poser » la cérémonie, de lui donner une structure, un cadre. Nous prenons le temps de nous « pauser » (de faire une pause) dans nos vies souvent bien agitées pour vivre ensemble un temps fort, pendant au moins une heure. Lors de ce mot d’accueil, je parle du sens du baptême ainsi que des différents rites qui vont avoir lieu et le « pourquoi » du baptême avec l’eau, le rite du sel, l’onction avec le Saint Chrême, la remise de la Lumière. Je parle aussi de la responsabilité des parents, de celle de la marraine et du parrain et de l’ensemble des personnes présentes à la cérémonie, dans la vie de l’enfant qui va recevoir le baptême, car c’est par nos actes et nos paroles, que cet enfant va « se construire » dans la vie, va « construire » sa vie. S’il y a des enfants, j’essaie au maximum de les impliquer dans la cérémonie, quand cela est possible.

Je propose aux parents une chanson (ce sont eux qui la cherchent) au début de la cérémonie, avant le mot d’accueil, ainsi qu’après la petite homélie. Ce sont très souvent des chansons profanes. Il y en a de très belles qui rejoignent les parents et aussi les personnes présentes. Souvent, elles soulignent combien la venue de l’enfant change leur vie, la vision de la vie, la fragilité, l’envie de transmettre ce que l’on a de plus beau, de meilleur. Il y a bien sûr aussi des chants d’église qui sont beaux mais pour le baptême, il n’y en a pas beaucoup. En fin de cérémonie, nous prenons toujours une prière ou un chant à Marie. J’incite les parents à faire des recherches sur internet sur le baptême. Ils y trouvent souvent de beaux textes qui leurs parlent ainsi que des chansons.

Les choix de la première lecture (souvent St Paul ou St Jean) ainsi que de l’Evangile sont aussi des occasions d’échanges. Ils permettent d’étayer une partie de l’homélie. Je propose également aux parents, le « Crédo d’aujourd’hui » (celui du MRJC) ainsi que le « Notre Père d’aujourd’hui ». Ces deux prières sont plus développées et plus « parlantes » pour les personnes présentes car elles donnent « le sens » de ces prières. Elles nous impliquent plus en tant que personne, en tant que chrétien. Tout au long de la cérémonie, je rappelle à plusieurs reprises combien, nous faisons partie de la communauté humaine, et que tout chrétien doit se sentir impliqué, doit s’ouvrir au monde et non pas se replier sur lui-même car si par le baptême, Dieu nous ouvre à l’amour, alors nous devons nous ouvrir à l’amour de notre « prochain ».

Un autre point important du baptême que je tiens à souligner concerne le livret que réalisent les parents pour la cérémonie (il m’arrive parfois de le faire pour des personnes qui me le demandent ou je le leur propose). Ce livret est important pour plusieurs points. Certes, il présente le déroulement de la cérémonie, et c’est aussi un souvenir important pour la famille ou les amis présents. Mais surtout, dans ces livrets sont souvent écrits les textes des chants, la première lecture, l’Evangile, des prières et cela peut toujours « parler », « toucher » une ou plusieurs personnes présentes. Souvent même, j’ai vu des livrets remarquables où l’on sent combien cette cérémonie du baptême est importante pour les parents.

Je pourrais vous parler pendant des heures du baptême, de la joie qu’il donne, des grâces que nous recevons, des beaux moments vécus, des belles rencontres faites, même des amitiés et des liens créés avec des familles grâce au baptême. Je célèbre pas mal de baptêmes chaque année et même si cela me prend du temps, cela n’est pas du temps perdu car il n’y a pas de temps perdu à parler de Dieu, à parler d’amour, à écouter, à donner, à recevoir. Certes, on ne voit pas toujours ce que l’on a semé mais l’amour semé donne toujours du fruit. Par-delà ce que l’on voit et ce que l’on entend, j’ai une confiance immense en l’avenir de notre Eglise. Nous vivons dans une société en mutation rapide, mais j’ai foi en l’humanité et surtout foi en Dieu qui nous guide sur des chemins qui nous surprennent toujours.

André Giraud



© 2018 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site