Accueil du site > Diocèse > In memoriam > Père Léon Clavaron

Père Léon Clavaron

Présentation du défunt lors des obsèques par le Père Louis Périllon

mercredi 17 janvier 2018, par HV

Le Père Léon CLAVARON est décédé le dimanche 14 janvier 2018. Né à Pont Salomon, le 17 juillet 1920, il fut ordonné le 19 juin 1943. D’abord nommé vicaire à Lapte, le 19 novembre 1943, il devint curé de Cistrières, le 8 janvier 1954 avant d’être nommé Chapelain de Notre Dame du Puy, le 15 août 1960.

Sous-directeur de l’Enseignement Catholique de 1964 à 1970, il fut nommé auxiliaire à Tence, le 7 août 1970 puis successivement curé à Montfaucon, le 2 juillet 1971 et auxiliaire à Saint-Just-Malmont, le 12 août 1977.

Secrétaire à l’évêché, le 21 septembre 1979, Chanoine titulaire, le 4 septembre 1981, puis Chancelier à l’évêché, le 10 juillet 1987, il demeura au service immobilier jusqu’au 6 octobre 1995.

Retiré à Saint Vosy, il était, depuis ces dernières années, à la Maison Nazareth, où il s’est éteint.

Père Léon CLAVARON

Martin Gray dans « le livre de la vie » a écrit : « Chacun de nous a besoin de savoir que l’avenir existe. Chacun de nous a besoin de laisser une trace de son passage parmi les hommes. Chacun doit laisser cette marque. Sa marque, parce que c’est ainsi que l’humanité, ce corps aux visages innombrables, creuse son sillon ... » Des traces, le Père Clavaron en a laissé tout au long de sa vie. Né à Pont-Salomon le 17 juillet 1920, dans une famille d’ouvrier métallurgiste, il est le cadet d’une fratrie de 4 enfants. Après des études primaires dans son village, il poursuit sa scolarité chez les Maristes à St Chamond. Se sentant appelé par Dieu à devenir prêtre, Il entre au Grand Séminaire du Puy. Le chemin était tout tracé mais la guerre va venir perturber son parcours, comme celui des jeunes de l’époque. Il échappe au service militaire et aux STO mais il connaîtra les chantiers de jeunesse, expérience dont il parlait toutefois avec une certaine bienveillance. Ces perturbations expliquent qu’il soit ordonné prêtre en 1943, à l’âge de 23 ans seulement. Son premier poste sera vicaire à Lapte, pendant 11 ans. En janvier 1954, il est nommé curé de Cistrières où il restera 10 ans. De 1964 à 1970, il est sous directeur de l’Enseignement Catholique. Après un court séjour comme auxiliaire à Tence, il est nommé curé de Montfaucon où il restera six ans, puis auxiliaire à St Just-Malmont pendant deux ans. En 1979, il est secrétaire à l’Évêché puis Chancelier. Il s’occupe en même temps du service immobilier. Il se retire à St Vosy en octobre 1995 puis à Nazareth, gardant pendant longtemps sa verdeur et ses facultés intellectuelles. A la fin pourtant, diminué par le grand âge, il sombrera. Il est décédé ce dimanche 14 janvier. Le 15 août 1960, il avait été nommé Chapelain de Notre-Dame, puis Chanoine titulaire le 4 septembre 1981. En 2000, il a eu la douleur de perdre son frère ainé. Un grand chagrin pour lui. J’ai parlé des traces laissées par le Père CLAVARON. Deux, entre autres, de ses nombreuses qualités, les expliquent en grande partie : sa sagesse et son affection pour tous ceux qu’il rencontrait ou dont il avait la charge pastorale. Un jeune prêtre qui avait bien connu le Père CLAVARON à LAPTE m’a parlé un jour, du « sage CLAVARON. » J’ai beaucoup apprécié cette juste remarque. Sage en effet, était le Père CLAVARON. Il savait prendre la mesure exacte de toute chose et de toutes les personnes, mettre en lumière les côtés positifs et négatifs, mesurer le pour et le contre, toujours dans la justesse et l’équilibre. J’ai grandement apprécié cette sagesse lorsque, travaillant avec lui à l’économat du Diocèse, je me trouvais devant un problème grave. J’allais vite lui en parler. Il commençait toujours par dire : « Je ne sais pas ce qu’il faut dire ; je ne sais pas ce qu’il faut faire ». Puis Il continuait de parler et, à la fin, il proposait une solution. Que j’ai toujours suivie et fort heureusement. Finesse de l’analyse, justesse de l’appréhension, équilibre de la réponse. Mais la qualité la plus remarquable de notre Père CLAVARON était sa grande affection, son empathie, disons le mot son amour pour tous ceux et celles qu’il rencontrait. Cet homme avait un cœur aimant, profondément aimant, bon et généreux. En 2005, lors du premier jubilé, le Père CLAVARON a reçu chez lui, pour quelques jours seulement, un pèlerin. Celui-ci a dit en partant : “Le Père CLAVARON est un Père qui a un cœur de Mère”. Je suppose qu’il voulait signifier par là la délicatesse, la profondeur, le désintéressement, la suavité, la cordialité de son accueil et de sa rencontre ; tout semblable à l’amour que nous avons reçu de nos mères et qu’aucun d’entre nous n’a oublié. Joint à une joie de vivre souriante, au sérieux de ses intentions, à une conversation fleurie et bourrée d’anecdotes, cette bienveillance envers les personnes lui a ouvert les cœurs. Je dois pouvoir dire que le Père CLAVARON a été apprécié dans tous les lieux et milieux où il est passé. - Dans sa famille, bien sur en tout premier lieu, famille pour laquelle il avait une très profonde affection et qui se regroupait autour de lui de manière très fréquente. Vous, sa sœur et son frère et belle-sœur, et tous ses neveux et nièces et tous les membres de sa famille, recevez l’assurance de notre sympathie et de notre affection dans votre peine.
- Dans ses divers ministères aussi. Il y a gagné la confiance et l’estime de chacun, l’affection de beaucoup et l’amitié de quelques uns. Amitiés solides qui ont résisté au temps. Votre présence ici auprès de lui est le plus bel éloge que l’on puisse lui faire. St Jean a dit : « Celui qui aime est né de Dieu et connait Dieu. » C’est là, je crois le secret du Père CLAVARON. Homme de foi mais aussi de prière et de méditation, il a puisé dans le cœur de Dieu - qui est la source de tout amour - cette bonté, cette générosité si apparente chez lui. Il a bu lui-même à la source et désaltéré les autres. Il recevait de Dieu et il donnait ce qu’il recevait. Un prêtre ; un homme de Dieu. La plupart des hommes laissent des traces éphémères de leur passage sur terre : des enfants, des œuvres d’art, des exploits ou de découvertes remarquables. Le Père CLAVARON a laissé des traces dans les cœurs et ces traces là ne s’effacent pas. En union avec le Père et le Fils, dans la joie de l’esprit et au sein de l’Église Il a, à sa manière, construit et fait avancer le Royaume de Dieu sur terre. Ce faisant, dans le long temps que Dieu lui a donné, il a bâti pour l’éternité. « L’amour ne passera jamais » a dit St Paul. Pour conclure, je voudrais reprendre avec vous la prière de Complies que le Père CLAVARON a lue si souvent. « Seigneur, tandis qu’il dort en paix, fais germer et grandir jusqu’à la moisson la semence du Royaume des cieux qu’il a jetée en terre tout au long de sa vie. Qu’il attende, dans Ton silence et dans Ta joie, que se lève sur le monde la lumière de la Résurrection. »




© 2018 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site