Accueil du site > Notre Evêque > Paroles de Mgr Crepy > Profession perpétuelle du frère J.M. Bertrand

Profession perpétuelle du frère J.M. Bertrand

04 mai 2019

lundi 6 mai 2019, par AG

Homélie de Mgr Crepy à l’occasion de la profession perpétuelle du frère Jean-Maxime Bertrand, oblat de Saint-Vincent-de-Paul, prononcée le 04 mai 2019 en l’église saint Laurent du Puy-en-Velay.

Retour en images par Pierre Gauer sur notre compte Facebook.

Voir en ligne : @diocese.dupuy

L’Eglise accueille aujourd’hui, avec joie, l’engagement définitif de Jean-Maxime, dans la vie consacrée. Tous nous sommes heureux de rendre grâce à l’Esprit Saint qui, sans cesse, appelle des hommes et des femmes à s’engager à la suite du Christ « en sacrifice vivant, saint, capable de plaire à Dieu.  » (Rm 12, 1). Cette profession perpétuelle est une invitation à mieux prendre conscience de ce don fidèle que Dieu fait tout au long des siècles à son Eglise à travers la vie religieuse : « Grâce à la profession des conseils évangéliques, les traits caractéristiques de Jésus — chaste, pauvre et obéissant — deviennent « visibles » au milieu du monde de manière exemplaire et permanente.  » [1] La première vocation des consacrés est de manifester aujourd’hui ce qui caractérise Jésus. Ils nous rappellent qui est le Christ dans le don de lui-même à tous dans un célibat chaste, dans sa proximité aux pauvres et dans sa volonté de servir et dans son obéissance au Père. Dans votre engagement, Jean-Maxime, vous êtes donc appelé par toute votre vie et par votre témoignage à rendre visibles à tous les traits caractéristiques de Jésus.

Cet engagement à la suite du Christ, vous n’allez pas le vivre seul, mais avec des frères que vous avez choisis et qui vous accueillent aujourd’hui dans leur famille, celle des Oblats de saint Vincent de Paul. Dans la vie religieuse, le chemin de sainteté est souvent tracé à la suite d’un grand témoin du Christ. Et pour vous et vos frères, c’est suivre le Christ à la manière de saint Vincent de Paul. Comme saint Jean Eudes dont il est contemporain, et plus largement comme tous les grands maîtres de l’Ecole française de spiritualité du XVIIème siècle, le chemin de sainteté de la vie chrétienne, c’est chercher à faire la volonté de Dieu. Dans le mystère de l’Incarnation – si chère à ce grand courant spirituel - le Christ lui-même, manifeste l’accomplissement de la volonté du Père « en ne retenant pas le rang qui l’égalait à Dieu mais en prenant la condition humaine, et en s’abaissant jusqu’à la mort en croix  » (cf. Ph 2, 5-11). Ainsi, écrit saint Vincent de Paul : « La perfection de l’amour divin consiste à faire la volonté de Dieu. Et celui-là entre les hommes sera le plus parfait, qui aura sa volonté plus conforme à celle de Dieu.  ».

La volonté de Dieu, manifestée en Christ, se traduit dans la charité – la Miséricorde - envers le prochain, et saint Vincent de Paul est un des grands apôtres de la charité pour son temps. Chercher la volonté de Dieu dans l’amour des petits et des plus pauvres, tel a été un de ses grands engagements et de ses grands enseignements. Pour lui, le service des pauvres doit être préféré à tout. Ainsi enseignait-il aux Filles de la Charité : « Ce n’est point quitter Dieu que de quitter Dieu pour Dieu, c’est-à-dire une œuvre de Dieu pour en faire une autre, ou de plus grande obligation, ou de plus grand mérite. Vous quittez l’oraison ou la lecture, ou vous perdez le silence pour assister un pauvre, oh ! Sachez, mes filles, que tout cela, c’est Le servir.  [2] » De même, il exhortait ses frères : « Aimons Dieu, mes frères, aimons Dieu mais que ce soit aux dépends de nos bras, que ce soit à la sueur de nos visages.  [3] »

A la suite de saint Vincent de Paul, les Oblats ont à cœur de vivre leur apostolat dans les milieux populaires, d’être au service des plus pauvres et de permettre aux plus jeunes de grandir dans toutes leurs dimensions humaines et spirituelles. Construire une société plus juste, plus attentive à tous passe par ce beau et difficile travail éducatif auprès des jeunes générations en leur permettant de comprendre combien la charité et le souci de prochain sont nécessaires à la vie et au bonheur de notre monde. Témoigner du Christ pauvre, c’est apprendre à le reconnaître dans ceux et celles qui sont oubliés ou écartés : j’avais faim, vous m’avez nourri ; j’avais soif, vous m’avez donné à boire ; j’étais seul, vous m’avez accueilli… (cf. Mt 25). La volonté du Père se cherche et se trouve dans la suite du Christ qui est venu pour servir et pour manifester l’amour de Dieu à tous, et aux plus petits tout particulièrement. Voilà un beau chemin qui s’ouvre devant vous, Jean-Maxime. Devenez, vous aussi, un apôtre de la charité et rappelez-vous comme dit encore saint Vincent de Paul, que « c’est un office si relevé d’évangéliser les pauvres, que c’est, par excellence, l’office du Fils de Dieu. Et nous y sommes appliqués comme les instruments par qui le Fils de Dieu continue de faire au ciel ce qu’il a fait sur la terre.  [4] »

Mais pour suivre le Christ chaste, pauvre et obéissant, il faut accepter de renoncer, pour une grande part, à nous-mêmes et accepter de tout quitter pour Le suivre. Ainsi nous le rappelle l’évangile de ce jour où ce jeune homme riche, qui pourtant a observé tous les commandements de Dieu depuis sa jeunesse (cf. Mt 18,20), ne peut répondre à l’appel du Christ : « si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi.  » (Mt 18, 20-21) S’engager dans la vie consacrée passe par ce don de soi qui n’est pas « renoncer pour renoncer », mais qui est ouverture à une vie nouvelle donnée par le Seigneur, sur des chemins, souvent rudes mais riches. Il s’agit d’une conversion profonde pour accueillir en soi un cœur de pauvre. Seul celui qui a un cœur de pauvre peut vraiment accueillir et servir les pauvres à la suite du Christ, pauvre parmi les pauvres.

C’est ce que nous demandons dans notre prière pour vous, Jean-Maxime, puissiez-vous par votre profession perpétuelle dans la famille des Oblats, à la manière de saint Vincent de Paul, laisser votre cœur ne faire qu’un avec le Cœur du Christ pour chercher sans cesse la volonté du Père au service de vos frères les plus pauvres que l’Esprit mettra sur votre route.

+ Luc Crepy, évêque du Puy



Notes

[1] Jean-Paul II, Vita Consecrata, §1, 1996.

[2] Saint Vincent de Paul, Entretiens 30, 30 mai 1647, O.C., t. 9, p. 319.

[3] Idem, p. 40.

[4] Entretien du 6 décembre 1658.


© 2019 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site